dimanche 29 avril 2012

100 histoires de sorcellerie : XXIV

Ayant un projet de pièce de théâtre en vers sur le feu, j'ai dernièrement essayé d'améliorer mes alexandrins. Voici donc un essai fait après avoir relu la théorie de l'alexandrin classique à deux hémistiches. Je crois qu'il y a du mieux...
Pour l'anecdote, cette histoire a été inspirée par un rêve (autrement plus répugnant) que j'ai fait il y a quelques temps.


La Trêve

Bonnes gens écoutez le chant des paysans
Qui ainsi font le deuil des récoltes perdues ;
La faute à ces rongeurs qui écument leurs champs,
Quand ce n'est pas le temps noyant chaque laitue.

« Enchanteur aidez-nous à sauver le restant.
Nous rangeons nos outils comme l'on rend les armes :
Le syndicat promet d'être plus tolérant,
Vous vivrez donc en paix si vous séchez nos larmes. »

« Faites-en le serment et vous serez aidés.
Il faut que vous vidiez vos réserves de graines ;
Amenez-les ici et je les bénirai,
Puis vous les jetterez où les nuisibles traînent. »

Bonnes gens écoutez les pleurs de ces fermiers ;
Ils se sentent naïfs de faire ainsi confiance,
Pourtant le lendemain des mulots décédés
Gisent dans chaque champ, plusieurs trous dans la panse.

« Est-ce là un radis qui perce l'estomac ?
Voyez donc celui-ci, empalé d'une asperge ! »
Depuis que les rongeurs firent pareil repas,
L'on aime le sorcier à lui brûler des cierges.

29/04/2012

3 commentaires:

  1. Poème très agréable à lire. On sent bien qu'il y a un certain talent d'écriture ...
    Bravo, je vais poursuivre mes lectures !

    RépondreSupprimer
  2. cette histoire a un petit je-ne-sais-quoi du joueur de flûte de Hamelin qui vous envoûte. Gare aux villageois s'ils cherchent à duper l'enchanteur.
    J'aime beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, il y a un peu de cela. je n'y avais pas pensé...
      Ravi que cela te plaise. ;)

      Supprimer