vendredi 23 novembre 2012

100 histoires de sorcellerie : poème 63

J'ai constaté qu'un certain nombre d'œuvres comportant une dimension légendaire mettent en scène des bottines de fer, qui sont souvent associées à des créatures fantastiques. C'est par exemple le cas dans la nouvelle Voler la mort de Michel de Ghelderode (recueil Sortilèges), dans la trilogie Le Livre des étoiles d'Erik L'Homme ou dans l'histoire intitulée Bottes de fer du comic Hellboy (par Mike Mignola, tome 3, Le Cercueil enchaîné et autres histoires). Je ne sais pas exactement de quoi il retourne, mais je ne voulais être en reste et ai donc rédigé le poème suivant sur base de cette idée.

D'ailleurs, si l'un d'entre vous connait l'origine de ce motif récurrent ou d'autres de ses occurrences, cela m'intéresse réellement. N'hésitez donc pas à laisser votre avis sur la question ; les commentaires sont là pour cela.


Par un soir de brume

Toute la lande est couverte de brume ;
C'est qu'un sorcier, penché sur son enclume,
En grand secret est en train de forger
Un plein chariot de sabots en acier.

Faisant cela, il souffle sa magie
Dans les objets auxquels il donne vie,
Puis il les laisse au pied du grand menhir,
Là où il sait que les nains vont venir.

Lorsque ceux-ci, qui aiment ce qui brille,
Auront passé ces chaussures polies,
L'ensorceleur dira l'incantation
Forçant l'acier à broyer leurs petons.

Ayant soumis de la sorte une armée
De grands mineurs, d'experts en cheminées,
Il les fera lui bâtir un donjon
Qui soit plus haut qu'est haut le plus grand mont.

19/11/2012

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire