lundi 26 novembre 2012

100 histoires de sorcellerie : poème 64

Une petite histoire de sorcellerie, assez basique mais qui m'a néanmoins donné du fil à retordre tout le long du weekend.


La Retenue

— Quelqu'un, à l'aide !
Mon chaudron fuit,
La fonte cède,
Le fond mollit !

— Quel imbécile...
Qu'as-tu donc fait ?
C'en fait bien mille,
De tes méfaits...

— Je m'en excuse,
Mon professeur ;
C'est que m'abuse
Ce bec verseur...

— Prenez la porte,
Bien calmement ;
Que chacun sorte,
Il est grand temps...

— Bien, tout de suite !
Moi je m'en vais ;
Pareille fuite
Pique mes pieds.

— Pas toi, le cancre :
Demeure et fonds,
Qu'en ton chef s'ancre
Cette leçon.

— Enfin, messire,
Vous n'y songez ?
Daigne votre ire
Me ménager !

— Veux-tu te taire,
Sombre baudet ?
Vois là par terre
Ce tabouret.

— Que je me pende,
Sérieusement ?
Ma faute est grande
Mais pas autant !

— Cette escabelle
Résiste à tout ;
Monte sur elle,
Reste debout.

L'élève passe
La longue nuit
Perché sans place
Sur son abri.

Quant à la pièce,
Cette eau qui bout
En est maîtresse
Et la dissout.

Seul son refuge
Ensorcelé
À ce déluge
Sait résister.

L'astre se lève :
Maître Sorcier
Son pauvre élève
Vient délivrer.

Sa langue claque
Sur son palais,
Chassant la flaque
Qui l'entourait.

2 commentaires:

  1. Réponses
    1. Tu crois ?
      Il me semble que Moreau est bien trop gentil pour faire cela (et puis, il n'a bien sûr pas de pouvoirs magiques... quoique).

      N'empêche, ça aurait quand même été cool de faire des potions en cours de math...

      Supprimer