lundi 17 décembre 2012

100 histoires de sorcellerie : poème 67

Voici un petit dizain que j'ai écrit ce weekend. Jusque là, rien de très excitant ; des dizains décasyllabiques, j'en ai écrit plein. En fait, j'avais envie d'essayer la structure de rimes en ABABBCCDCD qu'utilise William Cliff dans certains de ses recueils. Au final, mon texte ne ressemble guère aux siens mais, au moins, j'aurai essayé.
À la base, je voulais parler de l'Homme aux dents rouges — un croquemitaine plus « local » — mais me suis rendu compte que cela ne fonctionnait pas vraiment et me suis rabattu sur le folklore anglais. Cela tombait somme toute assez bien car j'avais envie de parler de l'amie Jenny depuis quelques temps. D'ailleurs, elle mériterait d'être traitée plus largement qu'elle ne l'est dans cette dizaine de vers, je m'en suis bien rendu compte. Une prochaine fois, peut-être...


Jenny Greenteeth

— Mes chers enfants, il vous faut être alertes
Quand vous passez le long de ce ruisseau.
Car c'est l'abri de Jenny « les dents vertes »,
Une sorcière ayant noyé bien trop
De nos bambins dans cette boueuse eau.
— Voyons maman, on est plus des petits !
Comment veux-tu qu'on croie en ta Jenny
Et aux pouvoirs dont elle est détentrice
Si malgré eux elle a pas réussi
À fabriquer jamais du dentifrice ?!

2 commentaires:

  1. C'est trop drôle !
    Signé : ptit lu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouf, j'avais peur que la référence peut-être un peu obscure gâche l'effet comique. Mais, à voir ta réaction, cela ne semble pas être le cas...

      Supprimer