dimanche 6 janvier 2013

100 histoires de sorcellerie : poème 69

J'avais passé la soixante-neuvième histoire afin de pouvoir la publier aujourd'hui. C'est en effet l'Épiphanie, fête à l'occasion de laquelle je me devais d'écrire une histoire de Rois mages. Quant au tapis volant, il était sur ma liste de sujets à traiter depuis des mois ; j'ai ainsi fait d'une pierre deux coups.

Le tapis volant au service des bâtisseurs

[…] voici que des mages venus d'Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son astre à l'Orient et nous sommes venus lui rendre hommage ».
-
Évangile selon Matthieu,
Chapitre 2, versets 1-2.

Vous l’avez deviné, Seigneur, repartit le crieur, et vous en conviendrez quand vous saurez qu’en s’asseyant sur ce tapis, aussitôt on est transporté avec le tapis où l’on souhaite d’aller, et l’on s’y trouve presque dans le moment, sans que l’on soit arrêté par aucun obstacle.
-
Les Mille et Une Nuits
(ألف ليلة وليلة),
trad. d'Antoine Galland.

Avant qu'ils se soumettent
À quelque dieu-enfant,
Les mages d'orients
Et leur science secrète
Étaient de la terre
— De ses six continents
Et de ses océans —
Les plus grands mercenaires.

On les sait astronomes
Mais on a oublié
Le don particulier
qui fit riches ces hommes :
C'était d'être capables
Avec leur seul esprit
D'élever des tapis
Bien au-dessus du sable.

Ils surent donc construire
Grâce à un tel outil
Des temples qu'aujourd'hui
D'aucuns encore admirent,
Car un monceau de pierre
Sur un tissu persan
Sortait en un instant
Du fond de sa carrière.

Louèrent leurs services
Un grand nombre de rois
Égyptiens ou incas,
Quelques impératrices.
On dit qu'ils amassèrent
Ainsi un grand trésor
D'encens, de myrrhe et d'or
— Qu'ont-ils pu bien en faire ?

26/12/2012

2 commentaires: