lundi 18 février 2013

100 histoires de sorcellerie : poème 78

Cela fait quelques temps que je n'ai rien posté sur ce blog. Est en cause un gros manque d'énergie et de motivation, qui m'a pris à la sortie des examens (au passage, j'ai eu mes résultats récemment : je les ai tous les six bien réussis). J'ai donc peu écrit, et les quelques vers que je suis tout de même parvenus à assembler ne me plaisent guère. Mais ce n'est pas bien grave, même si j'ai tout de même une petite déception de n'être pas parvenu à achever le poème à la mémoire de Kepari Leniata que j'avais entamé.
L'inspiration m'est, je pense, revenue ce weekend. J'ai ainsi rédigé l'histoire suivante après avoir regardé pour la énième fois le dessin animé Alice au pays des merveilles ; elle ne vole pas très haut, certes, mais je suis tout de même content d'en être venu à bout. Notez que, contrairement à ce qu'on pourrait penser au premier abord, elle n'a rien à voir avec mon poème Aux Quatre-Bras d'il y a quelques mois.


À propos des sorciers à quatre bras

Ami lecteur, as-tu déjà
Ouï narré en quelque endroit
Cet étrange et inquiétant mythe ?
— Si non, assieds-toi : je récite.
Des magiciens on dit parfois
Qu'ils naissent avec quatre bras ;
Cependant, ils les dissimulent
Sous leurs manteaux en poils de mule...

Tu n'en verras jamais un sans
Qu'il porte un pareil vêtement ;
Si un tel burnous ne sied guère,
Il masque l'encombrante paire
Car je garantis que, dessous,
Se cache un corps de dieu hindou
Digne d'Absolem la chenille
— Moi, un tel secret, je le grille !

Ami lecteur, tu me diras :
« Que diable font-ils avec ça ?! »
... beaucoup de choses à vrai dire,
Allant des meilleures aux pires :
Ils peuvent touiller deux chaudrons,
Doublant leurs doses de potion,
Ou, avec leurs bâtons d'érable,
User d'un kung-fu redoutable !

Mais ils les sortent chaque jour
Pour gratter leur nez sans détour
Et pour peigner leurs poils d'oreilles
— Ah, tu ne me crois pas ? Essaie !
Tu n'as qu'à les faire jongler ;
Répète-leur : « plus vite, allez ! »
Jusqu'à ce qu'ils soient en nage
Et bien forcés d'en faire usage.
15/02/2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire