vendredi 31 mai 2013

100 histoires de sorcellerie : poème 99

Le poème suivant est né de ma réflexion que, sur l'ensemble des histoires écrites pour ce projet, fort peu sont réellement « sombres ». L'un de mes regrets, par exemple, est de ne pas être (encore) parvenu à décrire une belle (on se comprend) scène de nécromancie — il y a bien La Vengeance d'une Lucrèce qui aborde ce thème, mais cela ne me satisfait pas vraiment.

Plus précisément, l'idée de rédiger ce poème m'est venue durant l'étude de mon cours de Cultures hispaniques, dans le cadre duquel nous avions abordé les mythes et coutumes religieuses des civilisations précolombiennes. C'est un sujet qui m'intéresse, comme en témoigne un peu déjà ma trente-cinquième « histoire de sorcellerie ». J'ai cependant décidé finalement ne n'inclure aucune référence directe à celui-ci (que je connais somme toute mal) dans le poème afin de ne pas commettre une erreur ou une caricature.

Considérez donc que ce texte est une pure imagination ; d'ailleurs il l'est d'une certaine façon car je me suis rendu compte que les termes « Sacrifice » et « Idole » sortent tout droit des Sataniques de Rops, à propos duquel je lis beaucoup en ce moment. Il ne faut donc pas juste y voir un récit parlant de la religion aztèque.


Le Sacrifice

L'Idole luit :
Du sang la mouille.
L'Idole vit :
Son ombre fouille
Le petit rang
Des infidèles
De peur ployant
Leurs nuques grêles.

Bougent pour sûr
Ces yeux de pierre,
S'arrêtant, durs,
Sur chaque hère.
L'un est choisi
Sur qui ils glissent
Pour être occis
En sacrifice.

On le maintient
Et on le lie
Sur l'autel teint
Par tant de vies ;
Puis l'officiant
Vêtu de plumes
Brûle l'encens
Que chacun hume.

Quand il brandit
La lame en pierre,
Le sang jaillit,
Coule par terre...
Plongeant sans peur
Dans les chairs molles,
Il sort le cœur,
L'offre à l'Idole.
27/05/2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire