dimanche 7 juillet 2013

Concours de nouvelles du cercle de poésie « Aux quatre points cardinaux »

Voici quelques temps que je n'ai pas donné de mes nouvelles via ce blog, examens puis début de vacances obligent. Du reste, peu de choses d'importance ont eu lieu, regardant mon activité d'auteur. Néanmoins, je suis heureux de pouvoir vous annoncer la réussite de mon année universitaire (avec mention Distinction, même) ; c'est la première fois depuis ma sortie de l'école secondaire que je dispose ainsi de « vrais » congés d'été, sans que j'aie à y étudier pour une seconde session, et je compte bien en profiter pour avancer dans mes projets divers.

Peu de temps après la proclamation de ces résultats scolaires — le trente juin, pour être précis — a eu lieu la remise des prix du concours de nouvelles du cercle de poésie « Aux quatre points cardinaux » (secteur Picardie). Ayant prévu de longue date un voyage entre amis à cette date, je n'ai malheureusement pas pu m'y rendre malgré que j'avais été averti courant de ce mois par courrier de la sélection de mon texte. Celui-ci, intitulé La Danse de saint Guy, s'est vu décerner le second prix dans la catégorie « Étrangers » (le palmarès complet est disponible via cette page).

J'ignore si ce prix débouchera sur une publication mais souhaite néanmoins dire ici quelques mots à propos de la nouvelle en question, car celle-ci est issue d'un projet assez particulier que (malgré qu'il date déjà, au point que je l'ai désormais mis de côté dans quelque tiroir — peut-être indéfiniment) je n'avais pas encore eu l'occasion d'évoquer ici. Il consiste en une série de récits mettant en scène des protagonistes — j'ai pris l'habitude de les désigner provisoirement sous le nom de « Gardiens » — calqués sur des personnalités célèbres du monde de la musique et accomplissant des actes d'ordre magique afin de venir en aide au monde. Il s'agit donc en quelque sorte de super-héros hauts en couleur mais agissant dans le secret. J'en suis venu à considérer ce projet comme un exercice amusant mais manquant en fin de compte de cohérence, ce qui justifie que je l'ai présentement abandonné.

Cependant, une petite série de ces nouvelles ont été rédigées (même si la plupart sont restées à l'état d'ébauche ou de simple « pitch » mental) ; j'ai ainsi mis en scène quelques artistes qui me sont chers et qui s'y prêtaient bien : Michael Stipe, Iggy Pop, Pat Benatar... Celle primée à Château-Thierry par le cercle de poésie « Aux quatre points cardinaux » présente quant à elle Peter Garrett (le chanteur de Midnight Oil) et ses légendaires mouvements de danse désarticulés (la danse était le thème imposé du concours). C'est lui, le mystérieux « golem » de l'histoire — vous aurez, je l'espère bien, un jour l'occasion de la lire.

Grand merci au jury du concours pour son appréciation et, une fois de plus, mes excuses aux organisateurs pour mon absence lors de la remise des prix, qu'on m'a rapporté être très chaleureuse (pour ceux qui le voudraient tenter l'an prochain).


P.S. : M'étant rendu compte de l'ampleur de la lecture qu'il impliquait, j'ai décidé de reporter d'un mois la date butoir du sondage relatif à mes cent Histoires de sorcellerie. Vous avez donc jusqu'au quatorze août pour me communiquer la liste de vos préférées.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire