dimanche 16 mars 2014

Griffes et Décrépitude

Ça y est ! Deux ans se sont écoulés depuis que je vous ai pour la première fois parlé de cette publication, mais elle est désormais là. Le troisième numéro de Nocturne, les charmes de l'effroi est sorti cette semaine. Comme annoncé, il est sous-titré Griffes et Décrépitude — thème autour duquel il s'articule — et inclut l'une de mes nouvelles : La Nuit du sabbat.

La couverture est signée Céline Simoni, déjà en charge de celles des deux précédents numéros.

Pour rappel, ce fanzine constitue une anthologie thématique d'une petite centaine de pages (nonante-deux pour être exact), vendue en version papier à six euros. Griffes et Décrépitude contient huit nouvelles et un article. Voici son sommaire complet ; des extraits de chaque texte sont disponibles ici, pour les curieux.

Ainsi que l'indiquent son titre et son incipit (que vous pouvez découvrir via le lien ci-dessus), ma nouvelle aborde la thématique des sabbats de sorcières, déjà bien présente dans ma bibliographie. Il faut cependant savoir que j'ai rédigé La Nuit du sabbat bien avant de commettre tous ces textes, alors que mon projet poétique des « 100 histoires de sorcellerie » n'en était encore qu'à ses premiers balbutiements.

À ce stade, mon inspiration principale quant à ce motif était un grand classique de la littérature belge : La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au Pays de Flandres et ailleurs de Charles De Coster, qui présente une très intéressante scène de sabbat dont j'ai repris certains éléments dans ma nouvelle. Également, ce texte fait — explicitement, cette fois — référence à la formidable chanson Mephisto de Brigitte Fontaine et Areski Belkacem.

Il s'agit bien sûr d'un récit déjà ancien, que j'aborderais très certainement fort différemment si je devais le réécrire aujourd'hui, nonobstant j'en reste assez satisfait. C'est en tout cas une marche importante dans l'escalier de mon œuvre ; je suis donc très heureux que vous puissiez la découvrir et remercie chaleureusement Sébastien Mazas, qui a rendu cela possible par son travail d'éditeur.


Une dernière chose : si cela peut vous aider à vous faire une idée de cette publication, sachez que j'ai publié des critiques de ses deux précédents numéros (
Encre et Ténèbres et Toiles et Démencesur ce blog.

N.B. : Griffes et Décrépitude est en vente sur Amazon.fr et chaPitre.com, ainsi qu'en commande chez votre libraire.

5 commentaires:

  1. C'est amusant de constater que nous passons par les mêmes endroits (mais pas nécessairement aux mêmes moments)...
    Le petit extrait de ton texte est ma foi prometteur, l'ami... Quant à la revue dans son ensemble, je ne doute pas de sa qualité, la connaissant fort bien... Tout cela ne peut que donner envie de lire cette nouvelle livraison.

    Mais dis-moi tout de même : deux ans d'attente, ça n'a pas été trop long ?? xd

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravi que l'incipit t'ait plu. J'espère, du coup, que la suite ne te décevra pas, si tu as l'occasion de la lire...

      Et en effet : spadassins des lettres fantastiques, nous avons loué nos plumes aux mêmes seigneurs. Viendra sans doute un jour où nous combattrons côte à côte sur l'une des reliures qui sont nos champs de bataille... ;-)

      Supprimer
  2. Salut !
    content de me retrouver (enfin) au sommaire avec toi.
    Pour répondre à Marchenoir, ce fut une attente... mortelle (pour ma part) !
    Mais ça y est, c'est enfin là. On a surtout eu peur de la disparition pure et simple du fanzine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on s'est envoyé pas mal de messages, au cours des deux ans d'attente, pour partager nos préoccupations et nos espoirs. Mais tout est bien qui finit bien : je suis moi aussi ravi de nous voir partager ce sommaire.

      J'ai d'ailleurs hâte de découvrir ta nouvelle et ne doute pas qu'elle sera aussi prenante que les deux précédentes publiées dans Nocturne. ;-)

      Supprimer
  3. Vieufou, je dois avouer que moi aussi, j'avais cru que ce beau projet était finalement tombé dans les oubliettes du fanzinat... Heureux de voir qu'il n'en est rien ! ;)

    RépondreSupprimer