samedi 20 décembre 2014

Crapaud du sabbat II

J'ai réalisé cette semaine une nouvelle linogravure. Il s'agit encore d'un crapaud (promis, c'est le dernier !), proche, dans son esprit, du précédent car également basé sur des références littéraires. Celui-ci s'inspire des écrits de deux Jules : Bois et Michelet.

À la base, je voulais faire un crapaud cornu, d'après cet extrait de Le Satanisme et la Magie de Jules Bois (1895, livre II : « L'Église du Diable et les Rites magiques », chap. 1 : « Le Sabbat ») :
Mais les vrais fascinateurs, les meilleurs acolytes du Diable, les préfets du Sabbat sont le Crapaud et le Serpent.
Chaque sorcière porte sur l’épaule un crapaud artistement vêtu et la tête ornée de deux petites cornes ; ses yeux jamais clos ont la fixité qui ne pardonne pas. Les oiseaux, la belette, la couleuvre, les mouches, les papillons, rien ne lui résiste. Certains même mettent à mal les hommes.

Cependant, afin de mieux me conformer à cette injonction d'« artistement vêtir » mon crapaud, j'ai décidé d'en appeler également à la science distillée par Jules Michelet dans La Sorcière (1862, chap. 5 : « Possession ») :
D’une fierté incomparable, elle portait bien plus haut que toutes les têtes des hommes le sublime hennin de l’époque, le triomphant bonnet du diable. On l’appelait souvent ainsi, à cause de la double corne dont il était décoré.

Voilà le résultat. À nouveau, j'ai employé du véritable linoleum et ai dû m'accommoder dans certaines zones délicates de sa friabilité. Malgré cette difficulté, je suis assez content du résultat, et tout particulièrement de la tête, qui me paraît fort réussie. Des défauts sont bien sûr visibles, mais dus je pense surtout au fait que j'en suis encore à tester certaines techniques.

La plaque gravée – cliquez pour afficher en plus grand.

L'estampe obtenue – cliquez pour afficher en plus grand.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire