vendredi 27 février 2015

Départ pour le sabbat

Après mon premier essai encourageant, j'ai entrepris de réaliser une seconde gravure sur Tetra Pak, quelque peu plus ambitieuse. La voici, qui date déjà d'une dizaine de jours. Il s'agit d'une transcription illustrée d'un de mes poèmes préférés : Départ pour le Sabbat d'Aloysius Bertrand, dont j'ai déjà parlé à plusieurs reprises sur ce blog.

L'hommage semblera peut-être gauche — malgré mon application, je crains de demeurer un piètre illustrateur, et un pire typographe ! — mais il n'en est pas moins sincère. D'autre part, et même si j'ai scanné la moins mauvaise des estampes, des bavures sont à déplorer, dues bien sûr en partie à ma maladresse de débutant, mais également à mon manque d'équipement.


Si la référence à Aloysius Bertrand est explicite, cette gravure rend également hommage à un autre artiste qui m'est cher : Pieter Brueghel l'Ancien. L'illustration marginale s'inspire en effet de son œuvre intitulée Divus Jacobus diabolicis praestigiis ante magum sistitur (1565). J'ai en fait observé que cette cheminée a été empruntée par de nombreuses œuvres postérieures (cela doit d'ailleurs bien faire deux ans que je projette de les rassembler dans un article, sans trouver le temps de le faire) ; d'où mon envie de participer à l'expansion de ce corpus. Du reste, il m'a semblé presque naturel d'associer le poète et peintre, leurs univers présentant tant de points communs...

Pieter Brueghel l'Ancien, Divus Jacobus diabolicis praestigiis ante magum sistitur, 1565.

La plaque gravée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire