jeudi 7 mai 2015

Le Danseur de limbo blasé

Voici une gravure un peu bébête, réalisée à la pointe sèche sur feuille de plastique. J'ai tardé à vous la montrer : la gravure à été effectuée le 9 avril, déjà, et l'impression le 30. La première comme la seconde étape a été un peu bâclée, je dois donc dire que c'est très loin d'être l'estampe dont je suis le plus fier. Cela dit, j'aime bien son côté un peu sale ; d'autres versions, plus claires, ne rendaient pas du tout la même atmosphère. Ainsi, cette gravure m'a au moins permis de faire quelques tests lors de la phase d'essuyage de l'impression taille-douce...


L'estampe (10x15cm) ; je vous fais grâce de la plaque gravée, presque impossible à photographier à cause de ses reflets.




L'image s'inspire de deux œuvres dont je parle dans un de mes articles : Diuus Iacobus diabolicis praestigiis ante magum sistitur de Pieter Brueghel l'Ancien et Initiation de sorcières de David Teniers le Jeune. À la première, j'ai emprunté le personnage de l'« homme chamboulé » (l'« homme-patate » dirait un de mes colocataires) dont le visage est sur le ventre et dont les bras et les jambes sont interchangés, de même que la bestiole de gauche ; le personnage du « moine-oiseau » au balai sort quant à lui de la seconde (quoiqu'on peut en apercevoir un fort semblable dans la gravure de Brueghel, à gauche du saint homme). Je me suis dit qu'il serait intéressant de mélanger les deux dans une scène grotesque, d'où l'idée de leur faire danser le limbo. Un peu bébête, comme je l'ai écrit plus haut. Mais peu importe.

Pieter Brueghel l'Ancien, Diuus Iacobus diabolicis praestigiis ante magum sistitur, 1565.

David Teniers le Jeune, Initiation de sorcières, 1647-49.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire